fbpx

ADF🔥 #4 : Safari fructueux au pays des Zoulous

PArtage aux copains

Partager sur facebook
Partager sur pinterest
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur twitter
Partager sur email

ADF🔥 #4 : Safari fructueux au pays des Zoulous

24 août 2018 – Parc de Hluhluwe-Umfolozi

Ma première journée de safari est enfin arrivée ! Après des adieux rapides à mon petit pied-à-terre à Saint Lucia, nous voilà parties avec deux amies rencontrées sur place dans une petite voiture de location. Direction le parc de Hluhluwe-Umfolozi (oui, c’est imprononçable), une des réserves les plus anciennes d’Afrique du Sud, abritant les fameux Big 5, et spécifiquement les sublimes rhinocéros blancs et noirs.

 

 

ADF🔥 #4 : Safari fructueux au pays des Zoulous

 

 

Nous sommes arrivées au parc vers 7h45, après une petite heure de route à croiser nombre d’enfants en uniforme sur le chemin de l’école. Après quelques temps à rouler au pas, nous croisons enfin nos premières bêtes. Un phacochère, des zèbres, des impalas… Toute équipée, j’étais comme une folle avec mes jumelles et mon appareil photo.

Je n’avais qu’une envie : sortir de la voiture pour m’approcher plus près encore. Je précise, a posteriori, que c’est totalement interdit de faire ça ! Mais dans mon insouciance, je passais le plus clair de mon temps avec la moitié du corps à travers une des fenêtres du passager arrière. Mais c’est interdit ! Ne faites pas ça ! Bref, passons.

 

 

Le premier moment fort a été la rencontre avec un énorme (mais alors vraiment énorme) rhinocéros blanc. Qu’est-ce que j’étais émue, j’avais l’impression d’être en pleine hallucination ! Il se prenait un petit bain de boue, tranquille, avec ses petits piafs qui venaient le béqueter par-ci, par-là, il était bien le pépère quoi.

Je me souviens surtout de ce regard qu’il nous lançait, fixant la voiture intensément (et nous flippant comme jamais pour la caution quand même), avant de disparaître comme un prince dans les hautes herbes. Juste incroyable, j’étais définitivement comme une enfant ! Quand je pense qu’il n’était que 9h30…

 

 

Quelques centaines de mètres plus tard, j’aperçois (avec mon œil de lynx) une ombre familière en haut d’une colline en amont. J’indique à mes copines mon intuition, et nous suivons donc un nouveau sentier qui nous fait tomber sur l’ombre tant recherchée : une girafe !

Mais elle n’était pas seule. Une girafe, certes, puis deux, puis trois, tout un troupeau ! Il y avait même un adorable bébé qui gambadait, et un zèbre solitaire qui avait trouvé refuge dans cette famille au long cou. Ce beau monde traversait la route de toutes parts, nous encerclant indolemment pendant quelques minutes. C’était sûrement l’embuscade la plus agréable dans laquelle on pouvait tomber.

Un moment magique et fascinant de beauté.

 

 

ADF🔥 #4 : Safari fructueux au pays des Zoulous

 

 

Puis, il était temps de les quitter car nous partions à la chasse… Enfin, façon de parler ! On voulait photographier le fameux lion (mon rêve ultime, on va pas se mentir) ! Nous avons arrêté tellement de voitures sur le chemin pour glaner des indices sur sa présence.

C’était juste hilarant, une chasse au trésor grandeur nature ! On a même rencontré un copain que je m’étais fait à Johannesburg lors d’une soirée de folie, qui a pu nous donner de précieuses informations. On était si obstinées ! Un couple de français suréquipé nous ont finalement sauvé en nous laissant prendre en photo leur carte du parc. Un seul objectif : trouver ce lion endormi sur la route, entre les points 20 et 21.

 

 

Nous restions tout de même concentrées sur les autres bêtes que nous croisions, notamment quand nous avons repéré un couple de rhinocéros noirs (qui se font rares aujourd’hui, environ 3500 individus sur tout le continent africain).

Magnifique évidemment, à batifoler sur de la terre sèche, avec un panorama spectaculaire de montagnes et de rivières s’entremêlant en fond. Encore un peu de route pour cocher les buffles sur ma liste des Big 5 avant de tomber enfin sur… le lion !

 

 

ADF🔥 #4 : Safari fructueux au pays des Zoulous

 

 

Enfin plus exactement, sur sa paire de testicules endormie, étalé de tout son long, impossible d’apercevoir sa crinière ou sa tête cachée dans l’herbe. Nous avons dû attendre quelques instants, le temps qu’il se relève doucement et nous scrute de son regard royal. Il était sublime, puissant, comme j’aurai pu en rêver. J’ai été prise d’émotions très fortes face à cet animal que j’attendais de rencontrer depuis si longtemps.

Les larmes aux yeux, je ressentais un sentiment d’accomplissement je pense, réalisant ainsi ce rêve de gosse que je chérissais tant. On a toujours associé ma chevelure à une crinière de lion, je me sentais donc assez proche de l’animal en question.

 

 

Nous sommes donc restées là, à l’observer pendant un long moment, jusqu’à ce qu’il aille s’allonger dans l’herbe haute pour se cacher de nos regards curieux. Un roi a aussi le droit d’être pudique face à ses sujets ! Un souvenir qui restera gravé dans nos têtes pour longtemps, c’est certain !

 

 

Et c’est ainsi que la route continue sur sa lancée, dans l’émerveillement le plus total. Quelques phacochères dans une boue orangée accompagnés d’un énorme buffle solitaire, un troupeau de zèbres se délectant d’herbes fraîches, des gnous et des impalas qui chahutent, une petite famille de rhinocéros blancs avec un bébé plein d’énergie qui joue à cache-cache avec sa mère… La faune nous tendait les bras dans cette savane montagneuse.

 

ADF🔥 #4 : Safari fructueux au pays des Zoulous

 

 

Si pentue d’ailleurs que la voiture a même eu un petit souci de grimpette ! Nous avons dû nous arrêter en plein dénivelé, sur un sentier ridiculement étroit, car nous n’avions pas pris assez d’élan ! Mais quelle heureuse coïncidence finalement.

Dans ce blocage total, je me retourne quelques instants pour observer la vue imprenable, jusqu’à apercevoir au loin un éléphant solitaire. Je crie aux filles de reculer, de prendre la pente en sens inverse pour pouvoir croiser la route de l’animal. L’herbe était si touffue que je pris la décision de grimper à moitié sur le toit de la voiture pour mieux le repérer avec une vue d’ensemble (encore une fois, à ne pas faire surtout).

 

 

Nous n’avons pas été déçues, une fois encore, quand nous sommes finalement tombées nez à nez avec cet éléphant majestueux comme jamais, qui traçait sa route seul, tel un ermite voyageur. Le plaisir fut court malgré tout, me glissant rapidement du toit au siège passager par la fenêtre de la voiture, démarrant la voiture en trombe car il avait l’air d’avoir envie de nous charger. C’est à ce moment-là que j’ai pris ma bonne leçon dans la tronche, bien fait tiens !

 

 

On a repris la pente, avec assez d’élan cette fois, avant de s’arrêter à un point de vue pour se dégourdir les jambes. On voyait encore l’éléphant au loin, avant qu’il ne disparaisse dans la forêt touffue. Après quelques photos stylées, nous voilà reparties à travers les bois pour trouver un lieu tranquille où déjeuner.

Nous avons croisé plusieurs troupeaux de nyalas sur le chemin, ainsi que des singes adorables qui grimpaient de partout. Il devait être 15h environ quand nous nous sommes arrêtées au bord de la rivière pour remplir nos panses. C’était un beau point de vue, avec quelques oiseaux et un débit d’eau paisible.

Parfait pour une pause bien méritée ! Le safari est une activité passionnante, formidable, mais qui n’en est pas moins épuisante pour le regard et l’esprit. Ainsi, je me suis accordé une petite sieste bienvenue dans la voiture.

 

 

ADF🔥 #4 : Safari fructueux au pays des Zoulous

 

 

La fin de journée, a été, d’ailleurs, plus monotone. Encore quelques cobes à croissant, une girafe solitaire et des vautours perchés sur un arbre comme ceux du Livre de la Jungle, et nous voilà en route vers la porte du parc pour terminer notre journée. On a croisé une voiture qui était perdue, et c’était celle d’un autre copain tiens, rencontré à Saint Lucia celui-là ! Deuxième rencontre hasardeuse de la journée, s’en était presque drôle.

Une fois à la sortie, nous étions un peu dépitées par cette fin de journée un peu bredouille quand… surprise ! Un autre éléphant solitaire nous attendait après les portes, de dos, dégustant tranquillement quelques végétaux environnants, au cœur du crépuscule qui tombait sur le paysage.

 

Il était 18h et nous étions finalement comblées. Comme si cet éléphant avait été là pour nous donner encore une dose de courage, car nous avions pas mal de route encore jusqu’à Durban…

 

 

Témoignage de Mélanie Gaubens 

Son super compte instagram : @melaniegaubens

Une question ? Une remarque ?

A lire aussi

Suivre kouloula sur les réseaux

Notre super facebook

Kouloula, pour les amateurs et voyageurs d'afrique du sud

Avec nous, vous découvrirez un pays, un peuple, une faune et une flore qui vous font rêver ! 

Le blog de la Gazette des Gazelles, vous permettra de glaner pleins d’informations et accéder à de supers récits de voyage ! 

Plus d'articles ici !

Afrique du Sud, quand partir ?

Les saisons et la mĂ©tĂ©o en Afrique du Sud     L’Afrique du Sud se situe dans l’hĂ©misphère sud. Les saisons sont donc inversĂ©es par

Comprendre l’Afrique du Sud (partie 2)

Comprendre l’Afrique du Sud (2/2) DĂ©but XXe siècle   Pendant cette « guerre des Boers », les Anglais s’enragent contre les Boers : ils brulent leurs rĂ©coltes et crĂ©ent

Le rugby en Afrique du Sud

Le rugby en Afrique du sud Cette année, les springboks ont gagné la coupe du monde de rugby au Japon ! Comment la coupe du

Volontatriat en Afrique du Sud

L’Ă©co-volontariat en Afrique du Sud

Partant pour venir faire de l’éco-volontariat ?   Beaucoup veulent partir explorer la savane pour sauver des bĂ©bĂ©s lions, devenir la « tata » de petits

Le langage secret des éléphants

DTS #2   Les Ă©lĂ©phants Ă©mettent des ultrasons inaudibles pour l’homme. Les Ă©lĂ©phants ont plusieurs moyens de communication, le plus connu est le barrissement. Audible

Les tâches des lionceaux

DTS #1   Les lions ont des tâches comme les lĂ©opards mais elles ne sont visibles qu’Ă  l’enfance. Un an environ après la naissance le