fbpx

Pourquoi il y du « load shedding » en Afrique du Sud 💡

Partage aux copains

Partager sur facebook
Partager sur pinterest
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur twitter
Partager sur email
Photo d'une centrale électrique, plus d'électricité en Afrique du Sud

Les coupures de courant à répétition, pourquoi ? 

 

Qui produit l’électricité en Afrique du Sud ?

En Afrique du Sud il y a aussi un « EDF », c’est l’Eskom.

 

L’Eskom est donc le service public d’électricité Sud-africain. Il a été créé en 1923 pour assurer la production et l’approvisionnement en électricité dans tout le pays. L’Eskom a produit de l’électricité pour le pays qui consomme le plus d’électricité d’Afrique. Je vous invite vraiment à jeter un coup d’œil à ce rapport de la BP sur l’année 2019 : BP report.

C’est l’Eskom qui possède la seule centrale nucléaire d’Afrique. C’est au sein de la centrale de Koeberg que 2 réacteurs sont en fonctionnement depuis les années 80. Il y a encore quelques années, il était aussi l’un des principal service public au monde en termes de capacité de production, mais depuis les choses ont bien changées… Il a été annoncé en 2019 qu’Eskom allait être divisé en 3 parties a cause de sa mauvaise santé financière. 

 

Pourquoi il y du "load shedding" en Afrique du Sud 💡

 

Nous parlerons ici du « load shedding » avec le terme de « délestage ». C’est à dire, une coupure volontaire de courant dans une partie du réseaux national. Ces coupures volontaires peuvent être décidées en avance lorsque des tests de sécurité ou des opérations de maintenance sont en prévues, mais aussi quand les centrales électriques ne fonctionnent pas correctement, pour cause de mauvaise gestion des stocks de combustible ou de pannes due à des défaillance techniques.

Dans tous les cas, il faudrait augmenter la capacité de production, ou l’approvisionnement externe au réseaux national, pour pouvoir continuer d’approvisionner tous les foyers et toutes les entreprises en cas de baisses ponctuelles de la production d’électricité.

Il faut aussi rappeler que ces délestages surviennent en plus des pannes localisées qui sont elles due à des problèmes locaux de distribution de l’électricité lorsqu’il y a des chutes de poteaux électriques ou des vols de câbles par exemple. 😑

 

 

Des délestages depuis 2007

 

C’est en fin d’année 2007 que les premiers délestages ont commencés. En cette période, les délestages ont perduré jusqu’en mai 2008. C’est alors que les problèmes d’approvisionnement du combustible, qui sont essentiellement du charbon et du diesel, et les problèmes de maintenance ont été mis à la vue de tous.

En effet, comme dans beaucoup (tous?) de pays, la corruption est bien installées en Afrique du Sud… Ce serait en grande partie la corruption, de la plus petite à la grande corruption, qui aurait causée des problèmes de gestion de stock et des problème de maintenance.

Il faut aussi mettre sur la balance, l’augmentation de la consommation d’électricité du pays… Quand on met en équation : une demande d’électricité croissante et un parc de centrales électriques vieillissant et des projets d’agrandissement du parc qui n’aboutissent pas, il est sûr qu’un jour ou l’autre, il y aura des manques. 

 

Pourquoi il y du "load shedding" en Afrique du Sud 💡

Graphique Population d'Afrique du Sud de 1990 à 2007

Population d’Afrique du Sud de 1990 à 2007

Pourquoi il y du "load shedding" en Afrique du Sud 💡

Graphique PIB en Dollars d'Afrique du sud de 1990 à 2007

PIB en Dollars d’Afrique du sud de 1990 à 2007

Pourquoi il y du "load shedding" en Afrique du Sud 💡
 

 

Puis, en 2014 deux silos de stockage de charbon se sont effondrés et cela à mis à l’arrêt, deux fois donc,  la centrale de Majuba qui produisait alors 10% de la capacité totale d’Afrique du sud ! Il y eu aussi une pénurie de diesel qui a contribué à la baisse de production d’électricité cette année là. 

C’est ensuite en 2019 et jusqu’à aujourd’hui que le délestage ralentit la vie du pays… 

 

 

La corruption, comment ça ?

 

Dans le cas des stocks de charbon, c’est par exemple des ventes illégales de charbon acheté et réservé pour les centrales électriques. Ces ventes illégales sont hors processus et donc invisibles dans la suivie des stocks.  En fin de compte, le stock réel est inférieur au stock sur le tableau excel. Un jour, l’entrepôt est vide alors que le stock du fameux tableau excel est toujours suffisant et ne déclenche pas une nouvelle commande.

Ce schéma répété sur des années, et sur des dizaines de lieux de stockage mène à des pénuries de combustible et donc à la baisse de la production.

 

photo de charbon en Afrique du sud
Source : Marco Longari / AFP

 

La corruption aurait aussi menée à la facturation d’opérations de maintenance, pas ou mal effectuées.

Exemple : un employé d’Eskom signe un contrat de maintenance de cinq ans chez un prestataire. Ce contrat rapporte des millions de Rands au prestataire. Jusque là aucun soucis. 

Mais cela conduit à des problèmes de production lorsque le prestataire, après avoir signer le contrat bien juteux, ne rempli pas sa mission d’entretien. Il n’envoie personne ou du personnel peu nombreux et peu qualifié. Il touche alors beaucoup et dépense peu, bingo !!

Et pour garder le contrat, il paie d’une manière ou d’une autre l’employé d’Eskom qui ferme les yeux. Seulement, lorsque les infrastructures mal entretenues commencent à se détériorer trop sérieusement, il faut arrêter ou diminuer la production de la centrale pour réparer en catastrophe les pièces qui sont sur le point de céder. 

 

Pourquoi il y du "load shedding" en Afrique du Sud 💡

 

Il faut que attendre fin 2019 pour que Jan Oberholzer, le chef des opérations d’Eskom, dise en interview que la principale raison du délestage est « un manque d’entretien et à une négligence au cours des douze années précédentes, ce qui a abouti à un système imprévisible et peu fiable. » Source : News24

L’Etat Sud-africain lance un plan de sauvetage pour éviter la faillite d’Eskom, une aide de 1,68 milliards d’euros en 2019, puis 2,13 milliards en 2020 et 2021. Pourtant, cela peut renflouer les caisses en attendant que la crise passe, mais sans un restructuration et un meilleur contrôle de ses ressources, l’avenir s’obscurci encore pour l’Afrique du sud. 😥

Tu as appris quelque chose ? Partage le aux copains !

Partager sur facebook
Partager sur pinterest
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur twitter
Partager sur email

Une question ? Une remarque ?

Rester libre !

La Rédaction de Kouloula, est et restera indépendante ! C’est pour cela que nous utilisons parfois des liens affiliés. Nous touchons des commissions, sans coût supplémentaire pour vous. Vous pouvez donc facilement nous soutenir, merci à ceux qui le feront 🔥

A lire aussi

Suivre kouloula sur les réseaux

En nous soutenant sur les réseaux sociaux, vous nous donnez du poids face aux annonceurs et vous nous donnez la motivation de continuer à partager avec vous ! Merci 

Contenu protégé