fbpx

ADFđŸ”„ #1 : Grimper Table Mountain en plein cagnard

Partage aux copains

Partager sur facebook
Partager sur pinterest
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur twitter
Partager sur email

Ça y est, enfin, c’est le jour J. Le jour dont nous rĂȘvions, assis en tailleur dans notre petit appartement madrilĂšne depuis des mois maintenant. Aujourd’hui, nous allons gravir la mythique montagne qui surplombe la ville du Cap : Table Mountain. 

 

Nous avons posé le pied en Afrique du Sud depuis deux jours et nous vagabondons inlassablement dans les rues de la ville du Cap, le nez pointé vers les hauteurs du grand plateau qui surplombe mer et terre. Il est difficile de louper cet édifice naturel qui fait la beauté et le charme de cette ville portuaire qui représentait la capitale parlementaire du pays. 

 

Grimper sans téléphérique : pas comme ces flemmards !

Nous avons suffisamment attendu, nous sommes en pleine forme et l’épais brouillard qui nous a fait rebrousser chemin la veille s’est enfin dissipĂ©. De bonne heure, nous embarquons Ă  bord de notre petite Volswgen blanche pour gravir les premiers lacets de la montagne. Une gourde par personne, de la crĂšme solaire, deux casquettes
 Le compte est bon. 

 

ADFđŸ”„ #1 : Grimper Table Mountain en plein cagnard

 

MalgrĂ© notre dĂ©part matinal, lorsque nous approchons du parking aux alentours de 8h30 du matin, une longue file de petites voitures, presque toutes identiques, serpentent dĂ©jĂ  la route des derniers virages qui mĂšnent au tĂ©lĂ©phĂ©rique. Nous nous garons tout en bas et donnons une piĂšce de monnaie au sud-africain auto-chargĂ© de surveiller les vĂ©hicules pendant l’absence, plus ou moins longue, des touristes. Nous en profitons pour lui demander l’entrĂ©e de la voie piĂ©tonne qui mĂšne au sommet. Nous nous Ă©tions mis d’accord, hors de question de cĂ©der Ă  la tentation d’emprunter la montĂ©e mĂ©canique. 

 

Il nous indique un passage en terre, trĂšs Ă©troit, bien en-dessous de la file des paresseux qui attendent, des heures durant, une maigre place dans la cabine. Nous nous mettons en route, sourires aux lĂšvres. Nous commençons presque en courant puis ralentissons, dĂ©jĂ  bien attaquĂ©s par la forte pente et le soleil brulant. Nous buvons, repartons. Nous sommes seuls. ComplĂštement seuls. Nous nous en rĂ©jouissons, bien sĂ»r. Les nombreux blogs nous avaient prĂ©venus que l’ascension Ă©tait trĂšs touristique et que pour une expĂ©rience originale et naturelle, mieux valait choisir un autre treck. Aussi, nous ne pouvons nous empĂȘcher de nous poser quelques questions mais stoppons rapidement nos interrogations en riant : nous sommes les seuls courageux, voilĂ  tout. 

 

ArrivĂ©s en haut de la premiĂšre montĂ©e, le chemin se tord vers la gauche. Une langue plate et caillouteuse nous fait passer sous de larges blocs de pierres, Ă  l’ombre, alleluia. Il ne nous reste dĂ©jĂ  presque plus ‘d’eau mais d’aprĂšs nos calculs nous devrions arriver d’ici une heure. Ce sera largement suffisant. Sauf que


 ADFđŸ”„ #1 : Grimper Table Mountain en plein cagnard

 

Oh oh: c’est pas normal ça.

 

Sauf que, depuis presque quarante minutes nous ne montons pas. Nous avançons, presque Ă  plat, sur ce chemin de moins en moins tracĂ©. Nous passons sous le fil tendu du tĂ©lĂ©phĂ©rique et nous dirigeons vers l’autre cĂŽtĂ© de la montagne. Toujours aucun signe de vie. Il fait chaud, nous n’avons plus d’eau. Nous refusons de rebrousser chemin et continuons, de moins en moins sĂ»rs de notre itinĂ©raire. Pourtant, nous n’avons jamais croisĂ© d’intersection. 

 

Nous basculons doucement vers l’autre flan de montagne, il fait un peu moins chaud et de larges tĂąches d’ombres nous offrent un peu de rĂ©pit. VoilĂ  que nous descendons
 Bizarre bizarre. 

Soudain, nous entendons des voix. TrĂšs lointaines au dĂ©but, elles semblent se rapprocher. Ou serait-ce nous qui nous rapprochons ? La pente douce nous permet d’accĂ©lĂ©rer le pas, curieux de savoir si nous sommes bien seuls sur cette route escarpĂ©e. Au dĂ©tour d’un virage, nous nous stoppons net. Les blogs ne mentaient pas, une file discontinue d’individus monte pĂ©niblement la cĂŽte qui nous fait face
Nous n’avons pas commencĂ© au bon endroit. Au moment oĂč nous retrouvons le “bon chemin” qui dĂ©bute une cinquantaine de mĂštres plus bas, nous avions dĂ©jĂ  plus de 4 kilomĂštres dans les pĂątes, il fait une chaleur presque intolĂ©rable et nos gourdes sont belle et bien vides. 

 

ADFđŸ”„ #1 : Grimper Table Mountain en plein cagnard

 

 

Mais nous ne nous dĂ©courageons pas. Nous remĂ©morant les aventures de Mike Horn, nous nous remotivons, comme poussĂ©s par une Ăąme de guerriers fraichement nĂ©e. Nous n’allons pas abandonner ici. Le panneau de bois indique qu’il nous reste trois kilomĂštres, nous avons donc fait plus de la moitiĂ©. 

 

Nous entrons dans la danse, entre un couple de quinquagĂ©naires habillĂ©s en tenue de randonnĂ©e dernier cri et une famille d’espagnols qui avancent en musique. Les premiĂšres minutes sont compliquĂ©es mais une atmosphĂšre Ă©lectrifiante pousse la foule Ă  se dĂ©passer. De nombreux mots d’encouragements fusent entre les touristes, dans toutes les langues. Nous doublons les espagnols et continuons notre montĂ©e Ă  bon pas. Il fait vraiment chaud et aucune parcelle d’ombre n’est en vue. Assise sur le bas-cĂŽtĂ©, une jeune maman donne le sein Ă  un nourrisson vĂȘtu d’un pantalon Ă  poches et ornĂ© d’un chapeau de Bush Man. Le pĂšre, Ă  cĂŽtĂ©, a reposĂ© le porte bĂ©bĂ© et crache ses poumons en buvant des litres d’eau. La chance


 

On ne lùche rien et on grimpe !

 

ArrivĂ©s Ă  mi pente, nous nous accordons une longue pose, assis sur un large galet plat, les jambes dans le vide, se balançant lĂ©gĂšrement. Le panorama est magnifique et nous nous amusons Ă  analyser les diffĂ©rents types de randonneurs qui nous rattrapent peu Ă  peu : Une famille sportive, en combinaison moulante uniforme, le pĂšre en tĂȘte. Un groupe d’étudiantes blondes, pipelettes et souriantes, peu pressĂ©es d’arriver au sommet. Un monsieur d’une soixantaine d’annĂ©e, avançant tranquillement et s’accordant de nombreuses pauses, des Ă©couteurs visses sur les oreilles


 

ADFđŸ”„ #1 : Grimper Table Mountain en plein cagnard

 

PoussĂ©s par notre soif insoutenable, nous nous remettons en route. Les derniers lacets sont les plus difficiles. Nous n’avons plus d’énergie, il est presque midi et nous n’avons toujours rien avalĂ© de la journĂ©e. Nous pensons, des Ă©toiles dans les yeux, aux sandwichs laisses dans le coffre de la voiture. Nous qui pensions ĂȘtre descendus pour le dĂ©jeuner
 

 

Sur la derniĂšre ligne droite, nous sommes motivĂ©s par les quelques inconscients qui entament leur descente, sous le soleil de plomb. “Il ne vous reste que 20 minutes” “plus que 10 minutes et vous arrivez au sommet” “allez, un dernier effort, ça vaut le coup”.

 

FatiguĂ©s, nous nous mettons d’accord, nous redescendrons en tĂ©lĂ©phĂ©rique. Nos jambes ne nous portent plus et nous sommes complĂštement dĂ©shydratĂ©s. Nos estomacs grondent. 

 

Lorsque nous posons le pied sur la premiĂšre pierre du large parterre qui orne la montagne en un long et large plateau naturel, nous exultons. Nous avons rĂ©ussi ! AprĂšs un (trĂšs) rapide coup d’Ɠil a la vue, nous nous prĂ©cipitons vers la cafĂ©tĂ©ria. Les trĂšs prĂ©cisĂ©ment 7 minutes d’attente qui prĂ©cĂ©dĂšrent la premiĂšre gorgĂ©e d’eau fraiche nous parurent une Ă©ternitĂ©. La valeur du temps est vraiment quelque chose de subjectif


 

La consécration

 

Assis sur des chaises en plastique, nous ne parlons pas et nous contentons de boire, de manger, de re-boire. Quel bonheur. Et c’est seulement le ventre plein que nous nous rendons compte du panorama qui s’offre Ă  nous. À 360 degrĂ©s, la ville du Cap et la mer Ă  perte de vue s’étalent sous nos yeux Ă©bahis. Nous sommes loin d’ĂȘtre seuls mais, les yeux perdus dans cette immensitĂ©, nous planons, en apesanteur au-dessus de la foule. Un vent de libertĂ© grisant nous a traversĂ©, une sensation que nous ne sommes pas prĂȘt d’oublier
 

ADFđŸ”„ #1 : Grimper Table Mountain en plein cagnard

RevigorĂ©s, rafraichis et fraichement repu, nous nous ravissons devant la longue queue formĂ©e devant les portes coulissantes du tĂ©lĂ©phĂ©rique. Nous descendrons a pieds, comme prĂ©vu. Ça aurait Ă©tĂ© dommage de payer le prix fort pour redescendre alors que le plus dur Ă©tait fait non ?

 

Les jambes encore tremblantes de l’exercice du matin, malgrĂ© les deux heures de pause, nous nous engageons sur le chemin escarpĂ©. Dire qu’a descente est plus simple que la montĂ©e est un euphĂ©misme. Nous seulement la pente est Ă  l’ombre et les visiteurs beaucoup moins nombreux, mais la beautĂ© de la descente rĂ©side Ă©galement dans les engorgements lancĂ©s aux randonneurs en fin de course comme autant de mains les poussant vers le sommet. Nous ne mettons qu’une heure et demie Ă  descendre et rejoignons notre voiture, Ă©puisĂ©s. Nous avons chaud et nous mettons donc en route pour une baignade improvisĂ©e sur notre plage favorite : Camps Bay…

 

ADFđŸ”„ #1 : Grimper Table Mountain en plein cagnard

 

TĂ©moignage des Consommateurs : Valentine et Jean Baptiste, qui rĂ©alisent un tour du monde Ă©cologique Ă  la rencontre d’acteurs de l’économie circulaire.

Allez faire un tour sur leur site pour suivre leurs aventures www.lesconsommacteurs.com

Ainsi que sur leur superbe compte Instagram : @les_consomm_acteurs

Tu as appris quelque chose ? Partage le aux copains !

Partager sur facebook
Partager sur pinterest
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur twitter
Partager sur email

Une question ? Une remarque ?

Rester libre !

La RĂ©daction de Kouloula, est et restera indĂ©pendante ! C’est pour cela que nous utilisons parfois des liens affiliĂ©s. Nous touchons des commissions, sans coĂ»t supplĂ©mentaire pour vous. Vous pouvez donc facilement nous soutenir, merci Ă  ceux qui le feront đŸ”„

A lire aussi

Suivre kouloula sur les réseaux

En nous soutenant sur les réseaux sociaux, vous nous donnez du poids face aux annonceurs et vous nous donnez la motivation de continuer à partager avec vous ! Merci 

Contenu protégé