La Hyène, un exemple d’égalité des sexes ? 🧐

Partage aux copains

Partager sur facebook
Partager sur pinterest
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur twitter
Partager sur email
photo de hyènes tachetées une exception dans son genre

Je vous invite à lire en introduction de ce sujet, l’article déjà écrit sur les hyènes tachetées : La Hyène tachetée, la bête sauvage pas si bête que ça 🤠

Si vous l’avez déjà lu, c’est parti !!! 

Vous savez donc que chez les Hyènes tachetées, le pouvoir est exercée par les femelles qui sont physiquement plus grosses et plus fortes que les mâles. Vous savez aussi que les relations entres les Hyènes tachetées ne sont pas uniquement issues de la « loi du plus fort » mais plus de la « loi du mieux entouré ». Et que c’est un système matriarcale dont le pouvoir se transmet par le sang de la mère.  Voila, un rapide résumé de l’article précédent.

C’est encore une nouvelle exception de la nature que nous allons découvrir ici ! 

 

La Hyène, un exemple d'égalité des sexes ? 🧐

 

 

Sans plus attendre : les hyènes femelles ont un pénis

 

Enfin, pas vraiment un pénis, on dit un pseudopénis. Qu’est ce c’est ? Qu’est ce que ça implique ? Pourquoi c’est comme ça ? 

Les Hyènes tachetées ont été considérées pendant longtemps comme un animal hermaphrodite. C’est dire à quel point la ressemblance est forte entre le sexe féminin et le sexe masculin. On savait juste que certain(e)s avaient un gland plutôt rond et d’autres plutôt pointu. Si le sexe masculin est tout a fait classique dans sa morphologie, comment se fait-il que celui de la femelle lui ressemble autant ? 

Le sexe féminin est donc un clitoris hypertrophié et allongé qui abrite des muscles qui lui permettent une érection. Comme chez les mâles, l’érection est incontrôlée et de courte durée. Il y a en plus, au dessus du sexe, les vestiges d’un vagin dont la forme ressemble à des testicules. Tout est là pour nous perdre on dirait ! 

 

photo d'une hyène, pas un hyène
On dit une hyène, pas un hyène ?

 

 

Qu’est ce cela implique ? 

 

La forme et la position du sexe féminin rend l’accouplement plus compliqué. Eh oui, le vagin de la Hyène tachetée n’est pas sous la queue mais sous le ventre. Cela rend la reproduction assez… acrobatique. 

C’est super intéressant de remarquer, et d’imaginer, les implications sociales qui en découlent. Si la reproduction est aussi compliquée, il faut que la femelle rende cela le plus facile possible. Il faut donc le consentement total de la femelle. Ce qui n’est vraiment pas une norme chez les animaux. Il faut aussi que les rivaux du mâle le laissent tranquille pendant le temps de l’accouplement, il faut donc aussi le consentement du reste du clan.

Si l’accouplement est périlleux, l’issue en est incertaine. Sachant aussi que la forme phallique du sexe féminin rend la course des spermatozoïdes très difficile. Les partenaires sexuels sont donc très variés pour augmenter les chances de reproduction. 

Cette forme et position différente rend aussi l’accouchement plus dangereux pour les petits. Il n’est pas rare que les petits meurent lors de l’accouchement car le canal urogénital est long et peu élastique. Il arrive que les petits s’étouffent lors de la descente…  

Okay, on sait comment ça marche et ça a l’air super galère, pourquoi c’est comme ça ? 

 

 

On ne sait pas vraiment le pourquoi du comment 🤨

 

Ce qu’on sait par contre, c’est que les femelles des hyènes tachetées ont de grosses doses de testostérones pendant leur jeunesse et chez les femelles dominantes pendant leur gestation pour donner un boost d’agressivité à leur petits. Mais que si la testostérone est responsable de traits de personnalité et de réaction physiologique plutôt attribué à la masculinité, ce n’est pas ça qui a conduit à un sexe féminin de cette forme. 

Rappelons aussi, que les Hyènes Tachetées sont les seules des Hyènes à avoir un pseudopénis et aussi les seules à avoir un système social matriarcal. 

L’une des pistes aussi explorée est celle de la compétition spermatique. C’est a dire que l’allongement du canal rend la course des spermatozoïdes beaucoup plus sélective. Et donc seuls les spermatozoïdes les plus robustes vont au bout de la montée, et seuls les petits les plus costauds arrivent au bout de la descente…

 

Pour ceux qui comprennent l’anglais vous avez une vidéo très bien faite sur le sujet : 

 

Voilà ! Une sacrée anecdote à raconter demain soir à table 😎 C’est surtout un autre exemple de la richesse de la nature et de tout ce qu’il reste à découvrir. Et pour une époque où les google earth à détruit tous nos rêves d’exploration et de découvertes à la Marco Polo, je trouve ça magique de savoir qu’il y a encore tellement à observer, tellement de questions sans réponse et tellement de réponses à éclairer à la lumière de la technologie actuelle 🤩

Tu as appris quelque chose ? Partage le aux copains !

Partager sur facebook
Partager sur pinterest
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur twitter
Partager sur email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rester libre

La Rédaction de Kouloula, est et restera indépendante ! C’est pour cela que nous utilisons parfois des liens affiliés. Nous touchons des commissions, sans coût supplémentaire pour vous. Vous pouvez donc facilement nous soutenir, merci à ceux qui le feront 🔥

A lire aussi

Suivre kouloula sur les réseaux

En nous soutenant sur les réseaux sociaux, vous nous donnez du poids face aux annonceurs et vous nous donnez la motivation de continuer à partager avec vous ! Merci